AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Gaëlle et Aiden | Les démons qui dansent sur la tombe de nos péchés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
de fumée et de cendres

Arrivé(e) à NY depuis le : 04/11/2017
Messages : 198
DC/TC : Bonnie la danseuse de rue.
Date de naissance : 28/12/1991
Emploi/Occupations : Dealer, voleur, barman, y'a peu de légalité dans tout ça.
Quartier : Williamsburg.

MessageSujet: Gaëlle et Aiden | Les démons qui dansent sur la tombe de nos péchés   Mer 24 Jan - 23:29

Nos démons dansants
ft. Gaëlle et Aiden


Les rails s’alignent deux par deux sur la table de verre. Comme avant, comme ceux sur lesquels glissaient les wagons vers Neverland ou Whereverland. La carte de crédit qui les trace, les gestes sûrs, la mine sérieuse, trop sérieuse. C’est l’habitué qui s’manifeste, la réalité à deux points de s’effacer. Tu t’accroupis quand c’est fait, et t’observes ton œuvre. Une petite dizaine de lignes comme des cure-dents de neige. On dirait presque de la farine. Du sucre, peut-être, à grains tout fins. Sauf qu’on s’en servira pas pour de la pâtisserie. Même un enfant pourrait te le dire.
Paille à la main, paille au bout du rail. Voyage. Paille à l’autre bout du rail.

Le bout de plastique se perd derrière ton épaule pendant qu'tu tu pousses un soupir. Il s’échoue sur les murs de ton appart’, lamentable de sa solitude. Ton dos se heurte mollement au canapé. Et tu fermes les yeux. Attends ta récompense. Minable récompense, à t’pourrir la santé comme ça. Les conseils des anciens maîtres d’école retentissent dans tes oreilles, comme de vieux spots publicitaires totalement inutiles. La cocaïne mène en Enfer. Les camés n’ont pas d’avenir, si ce n’est celui des déchets de trottoir. On a déjà assez d’mecs paumés dans les centres de désintox.
Ouais.
En fait, tu t’en fous.

Les minutes passent. Lentement. T’essaies de ramener à toi les raisons pour lesquelles t’as massacré une bonne partie de ta dose. Peut-être qu’c’est juste pour décompresser. Peut-être que c’est juste pour oublier qu’entre Gaëlle et toi, c’est aussi plat qu’le fond d’un cercueil, et que tu sais même pas pourquoi ça t’frustre, parce que ça devrait pas. Peut-être que c’est pour oublier qu’la routine s’est réinstallée malgré le pognon qui s’amasse. Tu sais pas. Quoiqu’il en soit, il est pas deux heures du mat’, et t’as sniffé plus de coke que depuis les deux derniers mois réunis. Et puis, au bout d’un moment, y’a une pensée qui te traverse l’esprit et tu tâtonnes fébrilement à la recherche de ton téléphone. Un écran allumé, des mains tremblantes, des lettres toutes floues. « Yo, t’as fait réglé les trucs avekjkeeee » L’euphorie te prend et tu envoies le message, sans faire gaffe. L’icône de la jolie petite française danse un dernier instant dans ta vision. Et puis, tu sais pas trop.


Y'a les yeux qui partent à la dérive, le regard que le plafond attire. Y'a les narines qui frémissent, l'air qui les charcute, l'oxygène qui fuit tes poumons. Y'a ta peau qui se couvre de chair de poule et des milliers de fourmis qui te démangent. Y'a le pouls qui s'enflamme, le myocarde qui sonne l'alerte, la défonce qui est en marche.

Ton rire, il râpe ta gorge et s'répand dans l'air comme une nuée de mouches malsaines. Dans ta piaule moisie, t'es tout seul à t'envoyer au septième ciel, à t'plonger en enfer, à te détruire de l'intérieur.
Y'a plus rien à sauver, t'façon.
Ton corps se tord et ta tête vient heurter le tapis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Arrivé(e) à NY depuis le : 04/11/2017
Messages : 36
DC/TC : Sidney la fille de joie
Date de naissance : 05/01/1998

MessageSujet: Re: Gaëlle et Aiden | Les démons qui dansent sur la tombe de nos péchés   Mar 27 Fév - 11:32

Je rigole face au mec qui est venu s'asseoir à ma table pour m'offrir un verre. Je sirote lentement mon cocktail en me disant que celui là, je vais le ramener chez moi ce soir et et le jeter au matin. J'ai toujours été comme ça. Je consomme l'amour, je consomme le sexe à outrance. Je m'attache rarement. Parfois il y a un mec que j'autorise à rester au matin. Je le vois pendant quelques jours, quelques semaines tout au plus avant de me barrer, par lassitude. Je faisais déjà ça quand j'étais encore en France. Moins bien-sûr, mes aventures étaient plus sérieuses à l'époque mais je n'ai jamais été une sainte. À Austin, je n'ai jamais eu de véritable petit ami. J'aurais pu en considérer certain comme tel, mais la fidélité c'est pas mon truc. Pas de sentiment, que du cul et les mecs qui s'enchaînent. Ils n'avaient pas tort les gens que je fréquentais à me dire qu'on pouvait pas me faire confiance, moi la fille qui écartait les cuisses pour une demie dose de crack, la fille sur qui la moitié des camés d'Austin étaient passés. Le blond qui me regarde, il n'attend pas plus de moi, je le sais. Ici à New-York, c'est pire qu'à Austin. Mon appétit pour les hommes est devenu presque sans limite. Je reporte sur les gars que je croise la frustration de ne pas avoir Alek pour moi. Parce qu'avec Alek, je ne veut pas consommer le sexe, avec Alek, je veux l'amour.

Mon téléphone vibre au fond de ma poche et j'adresse un sourire d'excuse à... Mike ? Mark ? Peu importe. Un message d'Alek. Je hausse les sourcils face au sms incompréhensible. Est-ce que j'ai fait régler les trucs avec qui ? De quoi parle-t-il ? Je tape une réponse amusée. « Mdr t'as bu ou quoi ? » Puis je repose mon téléphone, en évidence sur la table dans l'attente de la réponse du russe. Mike, Mark, ou Morgan peut-être, je ne me souviens plus de son prénom, me paye un nouveau verre et nous reprenons notre conversation où nous l'avions interrompue. Les minutes passent et mon téléphone ne vibre pas. Étrange, quand c'est lui qui entame une discussion Alek répond toujours rapidement. Au bout d'une dizaine de minutes, je reprends mon téléphone pour envoyer un nouveau message. « ? » Je surveille mon téléphone. À nouveau j'envoie un message. « Alek putain répond », suivi d'un « ça va ? ». Finalement je finis par m'excuser auprès de M...achin.

-Désolée faut vraiment que je passe un coup de fil, mon... pote répond pas, c'est vraiment pas normal. J'ai passé un bon moment c'était sympa, salut !

Sans attendre de réponse je sors du bar et j'appelle Alek. Pas de réponse, je tombe sur le répondeur. J'essaye plusieurs fois mais rien ne change.

-Putain... t'as intérêt à être chez toi, je marmonne en raccrochant avant de glisser mon téléphone dans ma poche.

Le chemin n'est pas très long et je me trouve rapidement devant la porte du brun. Je frappe, pas de réponse. Je frappe un peu plus fort toujours rien.

-Bordel Alek ouvre cette porte ! je crie vraiment inquiète maintenant.

Puisqu'il ne répond toujours pas, je vide le contenu des poches de mon jean beaucoup trop large pour moi, j'ai encore maigri depuis que je suis à New-York, retenu par une ceinture qui risque de se casser à tout moment. Je trouve enfin le double des clés de l'appart qu'Alek m'a passé il y a un moment déjà. On est les seules personnes à se faire suffisamment confiance pour confier le double de nos clés respectives.

Je rentre enfin et je trouve mon ami étendu par terre, une paille posée sur la table basse. Putain. Je me précipite vers lui et m'agenouille à ses côtés.

-Alek ? Alek ? j'appelle plusieurs fois en serrant sa main. Réveille toi, regarde moi, serre ma main, fais un truc bordel.

Je finis par lui mettre une claque pour tenter de le réveiller même si je sais que c'est inutile. Je sais reconnaître les signes de l'overdose. Il ne manquait plus que ça... Je ne sais pas s'il est inconscient ou trop shooté par parvenir à ouvrir les yeux et me parler. D'une main tremblante, je sors mon téléphone et compose le 911. Une femme me répond, je lui explique le problème avant de lui filer l'adresse du russe. Elle me promet que les secours vont bientôt arriver.

L'appart est en bordel mais je n'en ai rien à faire. Je m'assois en tailleur derrière Alek et pose sa tête sur mes genoux. Ma main caresse fébrilement ses cheveux. Je sais pas s'il m'entend mais je continue à lui parler quand même.  

-Tu me lâches pas hein, me laisse pas Alek. T'as pas le droit de me laisser, pas toi, je répète inlassablement alors que des larmes commencent à rouler sur mes joues.



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Gaëlle et Aiden | Les démons qui dansent sur la tombe de nos péchés
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» I. Autremonde, les autres planètes, et les Dragons et Démons
» Les démons d'Ohara
» Préambule du Chapitre trois : « Anges et Démons »
» [anim] Invasion des démons en Orneval et autrepart
» Anges et Démons

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sleepwalkers :: In the city :: Manhattan :: Autres lieux-
Sauter vers: