AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 On est riche que de ses amis • Lauren

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Arrivé(e) à NY depuis le : 08/03/2018
Messages : 99
Date de naissance : 19/02/1987
Emploi/Occupations : Journaliste
Quartier : Central Park West

MessageSujet: On est riche que de ses amis • Lauren   Jeu 15 Mar - 10:21

On est riche que de ses amis
Lauren Cooper & Anissa Meanlow
Depuis déjà plusieurs mois, Austin allait à l’école. Ce n’était pas réellement l’école car suivant les semaines, il y était deux ou trois jours mais c’était une première prise de contact avec le corps enseignant et il pourrait déjà se faire des camarades. Il était assez rare que ce soit moi qui vienne le chercher à la sortie, mon père aimait tellement le faire. Et puis, il était retraité et avant, il passait son temps chez moi à garder son petit-fils, il était donc assez logique que mon père ait le temps d’aller jusqu’à l’école pour le chercher. Mais aujourd’hui, j’avais eu la possibilité de partir plus tôt du travail. J’avais terminé mon article et puis, mon chef d’édition devait lui aussi récupérer son fils. D’ailleurs, je le saluais légèrement une fois devant les grilles de l’école. Sa femme était avec lui et on échangea quelques politesses. J’avais déjà rencontré la femme de mon supérieur à une fête donnée au journal. Il fut bientôt l’heure pour nous chers enfants de sortir et je ne pus m’empêcher de sourire en voyant Austin tourner la tête dans tous les sens pour chercher son grand-père. « Eh bah alors jeune homme, on oublie maman? » Un grand sourire illumina son visage en me voyant et j’eus droit à un petit bolide pour venir se glisser entre mes bras. Il était vraiment content que je sois venu le chercher à l’école et si je pouvais faire le bonheur de mon fils, ce serait très bien. Je m’approchais de l’institutrice de mon fils pour avoir quelques détails sur sa journée d’école et elle m’expliqua qu’Austin était un garçon très calme et participatif. Mais qu’il était très timide et qu’il avait été embêté par les plus grands pendant la récré. Je commençais à m’inquiéter quand elle ajouta qu’une certaine Giulia lui était venue en aide et qu’ils avaient passé le reste de leur journée ensemble. J’eus un petit sourire envers mon fils tout en remerciant son institutrice. Je lui demandais alors de me présenter cette fameuse Giulia et on arriva rapidement devant une mère et sa fille. Je ne comptais pas les déranger bien longtemps mais il était important pour moi de me présenter après ce que sa fille avait fait pour mon fils. « Bonjour, je suis Mademoiselle Meanlow, la maman d’Austin. Votre fille a tiré mon fils d’un mauvais pas alors je tenais juste à te remercier demoiselle. » Je ne me faisais pas appeler Madame. Déjà parce que je n’étais pas mariée, j’élevais mon fils seule. Et puis, Madame Meanlow, c’était ma mère et c’était encore un peu difficile de me faire appeler Madame. Parce que c’était encore récent.
©️junne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Arrivé(e) à NY depuis le : 13/03/2018
Messages : 59
Date de naissance : 05/07/1982
Emploi/Occupations : Professeur de droit à l'université
Quartier : Tribeca

MessageSujet: Re: On est riche que de ses amis • Lauren   Ven 16 Mar - 12:19

On est riches que de ses amis
L'amour d'une mère pour son enfant ne connaît ni loi, ni pitié, ni limite. Il pourrait anéantir impitoyablement tout ce qui se trouve en travers de son chemin. ••• Ma fille adore l'école, j'admets que c'est quand même une fierté pour moi qu'elle voit les choses ainsi, ce qui n'était pas toujours mon cas à son âge malgré que j'étais une enfant assez intelligente. Bon, c'est aussi l'école qui m'a permis de devenir celle que je suis aujourd'hui professionnellement parlant. Ça et ma motivation, mon dévouement tout ça quoi. Je trouve toujours le temps d'aller récupérer ma fille à l'école malgré mon boulot de professeur de droit. J'adore énormément ce que je fais mais Giulia est et restera toujours ma priorité, ce qui compte le plus pour moi sur cette Terre. Et puis, qui viendrait la récupérer si ce n'était pas moi ? Il y a trop peu de personne en qui j'ai assez confiance que pour leur laisser ma fille. Je me méfie probablement un peu trop des gens seuls, qui sont capables du meilleur comme du pire... Je ne veux pas prendre des risques avec la vie de ma fille comme j'ai pu le faire par le passé avec ma propre vie.

Je récupère donc ma fille à la sortie d'école qui me raconte presque toute sa journée, je dis bien presque puisqu'elle ne me fait pas part de ce geste qu'elle a fait pour un petit garçon qu'on a embêté pendant la récréation. Certes, ça peut sembler banal en apparence mais j'ai toujours élevé ma fille dans la justice, dans ce qui est bien. Ce sont des valeurs que je tenais absolument qu'elle ait parce que j'estime personnellement que c'est important. Pour elle, ça lui semble tellement normal qu'elle ne me dit rien à ce sujet. Elle me raconte cependant tout le reste, je l'écoute attentivement comme je l'ai toujours fais.

Je souris à la maman qui se trouve face à nous ainsi qu'à son mignon petit garçon. Ma fille semble contente de voir son ami, elle a vraiment l'air de beaucoup l'apprécier et ça me réjouis intérieurement qu'elle se fasse des amis. Elle se présente d'abord, il me semble normal d'en faire de même. Enchantée Mademoiselle Meanlow. Je suis Mademoiselle Cooper. Lauren Cooper, la maman de Giulia. Je regarde ma fille, agréablement surprise d'entendre ça étant donné qu'elle ne m'avait rien dit à ce sujet. C'est vrai ça, mon ange ? Je suis réellement fière de ma fille. C'est le plus naturellement du monde qu'elle nous répond. Les autres enfants étaient pas gentils avec Austin, ils l'embêtaient tout le temps... Elle sait que c'est pas bien, qu'on a pas à laisser faire ce genre de choses.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Arrivé(e) à NY depuis le : 08/03/2018
Messages : 99
Date de naissance : 19/02/1987
Emploi/Occupations : Journaliste
Quartier : Central Park West

MessageSujet: Re: On est riche que de ses amis • Lauren   Jeu 22 Mar - 17:13

On est riche que de ses amis
Lauren Cooper & Anissa Meanlow
Mon fils était un petit garçon timide, je le savais mais je ne m’étais pas attendu à ce qu’il se laisse embêter par des enfants à l’école. Il faudrait donc que je sois attentive pour plus tard, qu’il ne se fasse pas harceler à l’école. Mais j’étais contente d’apprendre que quelqu’un lui était venu en aide. Cette petite fille était vraiment gentille et j’avais envie de la rencontrer ne serait-ce que pour la remercier moi-même de ce qu’elle avait pu faire pour mon fils. Je ne voulais pas qu’il garde un mauvais souvenir de ces quelques jours qu’il passait à l’école car quand il y serait toute la semaine, ce serait difficile pour lui d’y aller. Et je voulais à tout prix éviter qu’il ne lui arrive un problème avec l’école car c’était important pour un enfant d’aller à l’école pour apprendre à lire, à écrire, à compter… Même si je maitrisais l’écriture avec mon métier de journaliste, je n’avais certainement pas la pédagogie nécessaire pour apprendre à un enfant, surtout au mien. Alors je voulais qu’Austin se sente bien à l’école. Arrivant vers la jeune fille, je la trouvais avec sa mère et je me présentais. Je ne pus m’empêcher de sourire en voyant que la maman ne semblait pas au courant de cette affaire. Giulia n’avait pas dû en parler à sa mère car elle n’en voyait pas l’intérêt. Mais je partais du principe que toute bonne action se doit d’être dite et récompensée. J’eus un petit sourire envers la jeune fille avant de tourner la tête vers mon fils. « Austin est un enfant timide. Ce n’est pas tous les jours faciles d’élever un enfant seul. » Mon fils leva les yeux vers moi et je glissais ma main contre la joue de mon fils. Je savais qu’il souffrait de l’absence de son père mais je ne savais pas quoi faire pour que la situation s’améliore. Je relevais les yeux vers la femme en face de moi avant de lui tendre la main. « En tout cas, ravie de vous rencontrer mademoiselle Cooper. Et vous pouvez m’appeler Anissa. » Après tout, elle me faisait une bonne impression. Et puis, une maman avec sa fille ne devait pas être une personne psychopathe. Et puis, j’avais l’intuition que nous serions amenés à nous revoir souvent car Giulia et Austin semblaient bien s’entendre.
©️junne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Arrivé(e) à NY depuis le : 13/03/2018
Messages : 59
Date de naissance : 05/07/1982
Emploi/Occupations : Professeur de droit à l'université
Quartier : Tribeca

MessageSujet: Re: On est riche que de ses amis • Lauren   Mer 4 Avr - 23:08

On est riches que de ses amis
L'amour d'une mère pour son enfant ne connaît ni loi, ni pitié, ni limite. Il pourrait anéantir impitoyablement tout ce qui se trouve en travers de son chemin. ••• J'ai toujours veillé à la bonne éducation de ma fille. Ça fait maintenant quatre ans que j'ai fuit son père et les coups qu'il me mettait de peur qu'il en vienne à me tuer, ou même à s'en prendre à notre fille. C'est pas toujours facile d'être une mère célibataire mais c'est absolument incomparable à ce que j'ai vécu avec son père. Il trompe, il est violent, il est agressif a tendances alcoolique qui plus est mais le soucis est qu'il a toujours eu le bras long. Il avait pleins de contacts et passait toujours pour un ange. Difficile de soupçonner ce qu'il me faisait vivre avant que je ne parte en pleine nuit sans revenir. C'est Giulia et moi maintenant, personne d'autre. À l'heure actuelle, j'ai quand même la chance d'être bien entourée de très bons amis. Ils sont peu mais je préfère être entourée de quelques vrais amis plutôt que d'un tas de personne qui sont fausses au plus profond d'elle-même. J'ai toujours appris à ma fille qu'on ne règle rien par la violence, qu'elle soit physique ou verbale. Je suis ravie de voir que c'est quelque chose qu'elle prend en compte.

Ah... Je sais ce que c'est d'être mère célibataire maintenant. Je lui souris d'un air compatissant avant de finalement lui répondre très gentiment. Je peux comprendre, ça fait quatre ans que j'élève ma fille seule, depuis que son père et moi nous sommes séparés à vrai dire. Et encore, même avant ça il n'était pas présent. Disons que je veux expliquer les choses de manière assez simple, je ne suis pas à l'aise de parler de mon vécu ainsi. Ce n'est pas quelque chose qu'on crie sur tous les toits après tout...

Mais c'est réciproque vous savez ? Dans ce cas, appelez moi Lauren sans aucun soucis. Lui dis-je en souriant. Je me sens plutôt à l'aise en sa présence et qui plus est, ma fille semble réellement apprécier le petit garçon. Autant dire que ça ne me dérangerait absolument pas de la revoir, que du contraire. Ça me ferait même très plaisir, surtout qu'elle semble très gentille et maintenant, je me fie à mon instinct sur ce genre de trucs.

Spoiler:
 

©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Arrivé(e) à NY depuis le : 08/03/2018
Messages : 99
Date de naissance : 19/02/1987
Emploi/Occupations : Journaliste
Quartier : Central Park West

MessageSujet: Re: On est riche que de ses amis • Lauren   Lun 16 Avr - 15:13

On est riche que de ses amis
Lauren Cooper & Anissa Meanlow
Cela faisait longtemps que je n’avais pas vu une petite fille aussi bien élevée. Les rares camarades d’école à Austin que j’avais pu rencontrer ne m’avait clairement pas fait cette impression. Peut-être était-ce parce que Giulia était une petite fille et que jusqu’à présent, mon fils n’avait eu que des garçons comme camarade? Peut-être, je ne savais pas. En tout cas, j’étais bien contente qu’elle soit venue en aide à mon fils, cela m’ennuierait qu’il arrive des soucis à mon fils. L’ayant élevé seule jusqu’à présent, je pouvais dire que nous avions une forte relation tous les deux. Même si elle pâtissait parfois de petits éclats de voix quand Austin me parlait de son père, il savait que je l’aimais et moi-même savais que la réciproque était vraie. Néanmoins, il me parlait souvent de ce père qu’il n’avait jamais connu et je savais que l’institutrice était elle aussi au courant car mon père m’avait fait part de certaines réflexions que cette dernière avait pu faire. Et personnellement, je n’étais pas toujours d’accord. Même si Austin ressentait le besoin d’avoir une figure paternelle auprès de lui, je savais que j’étais capable d’élever mon fils seule. D’ailleurs, je ne pus m’empêcher de sourire quand la mère de Giulia m’expliqua qu’elle aussi élevait sa fille seule. « Il vaudrait mieux pas que l’institutrice l’apprenne… Sinon, vous aurez droit aux mêmes réflexions que moi… » Même si je n’accordais que peu de crédit à ce que pouvait penser cette femme sur ma vie privée, il n’empêche que cela faisait mal que mon rôle de mère puisse être à ce point dénigré par une femme. La vision patriarcale de la famille était obsolète pour moi et une femme pouvait tout autant apporter l’amour que la discipline à un enfant. Ce qui était également valable pour le père. Et personnellement, je me disais toujours qu’il valait mieux pour Austin de n’avoir que sa mère auprès de lui plutôt que ses deux parents si c’était pour vivre dans un climat de peur car l’un des deux serait violent. Après tout, je n’avais pas beaucoup côtoyé le père de mon fils, on ne savait donc jamais… Même si cela m’étonnerait beaucoup qu’il soit du genre violent. Elle me demanda alors de l’appeler Lauren en retour à ma demande de m’appeler Anissa. « En tout cas, je suis contente que Giulia soit venue vers Austin. Il n’est même pas encore officiellement en âge d’entrer à l’école. En Septembre normalement. C’est pour ça qu’il vient deux à trois fois par semaine… Cela m’ennuierait beaucoup qu’il vienne à avoir peur de l’école. » Et j’avais dans l’idée que c’était un peu la peur de tout parent quand leur enfant entrait à l’école pour la première fois, que ce soit à plein temps ou partiellement comme c’était le cas de mon ange aujourd’hui.
©️junne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Arrivé(e) à NY depuis le : 13/03/2018
Messages : 59
Date de naissance : 05/07/1982
Emploi/Occupations : Professeur de droit à l'université
Quartier : Tribeca

MessageSujet: Re: On est riche que de ses amis • Lauren   Lun 16 Avr - 16:13

On est riches que de ses amis
L'amour d'une mère pour son enfant ne connaît ni loi, ni pitié, ni limite. Il pourrait anéantir impitoyablement tout ce qui se trouve en travers de son chemin. ••• Je me suis toujours refusée de laisser ma fille grandir en se disant que c'est normal pour elle de se moquer des autres. Je voulais qu'elle grandisse avec des valeurs et entendre ce genre de choses à propos de son enfant, ça fait toujours plaisir à une maman. Je suis surtout contente de voir que ma fille n'a pas eu de conséquences de notre fuite face à son père. Un homme violent, méchant, qui se fichait d'elle comme de moi. Un homme infidèle par dessus le marché, parce que sinon ce n'est pas suffisant...  Maintenant, ce n'est plus que Giulia et moi. Dans le fond, ce n'est pas plus mal ainsi. Elle semble plus épanouie maintenant. Qui plus est, je n'aurais pas supporté l'idée qu'il puisse vivre seul avec ma fille si jamais, ce soir là, il était parvenu à ses fins... Elle mérite ce qu'il y a de mieux, et ce n'est pas son père.  Elle ne me parle plus vraiment de son père à l'heure actuelle, de moins en moins en tout cas et c'est pas plus mal... Je souris quand elle me dit que j'aurais probablement droit à ces remarques là si son institutrice l'apprend.

Je ne me laisserais pas faire, vous savez ? Ce n'est pas parce que quelqu'un élève son enfant seul qu'il est un mauvais parent. Parfois, c'est peut-être même mieux ainsi. Pas toujours, certes, mais parfois oui. Pour elle, c'est facile de juger sans avoir connaissance de ce qu'il s'est passé avant dans la vie d'un enfant ou même de son/ses parent(s)... Mais ce n'est que mon avis.

L'époque où les gens pensaient qu'il fallait un père et une mère pour qu'un enfant soit heureux, c'est fini depuis bien longtemps. Je m'en sors très bien dans l'éducation de ma fille seule, peut-être que je m'en sors encore mieux depuis que j'ai pris la décision de fuir son père. Cette femme semble tout aussi bien s'en sortir avec son garçons, ce genre de remarque du corps enseignant n'a vraiment pas lieu d'être. Je peux bien comprendre le point de vue d'Anissa sur ce point là. C'est toujours difficile pour une maman comme elle ou comme moi de savoir qu'on s'en est prit à son enfant, son bébé.

Vous en faites pas, je suis certaine que tout ce passera bien pour lui. Il semble timide mais adorable comme un coeur. Ça a été difficile pour moi aussi, je redoutais énormément ce grand moment et au final... Ça s'est plutôt bien passé. Il y a toujours des enfants gentils comme des enfants méchants mais il ne sera pas seul, j'en suis certaine.

Je tente de la rassurer du mieux que je le peux, surtout si ça peut l'aider à vivre un peu mieux ce moment qui arrivera d'ici quelques mois maintenant.

©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: On est riche que de ses amis • Lauren   

Revenir en haut Aller en bas
 
On est riche que de ses amis • Lauren
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» James Potter # On est riche que de ses amis
» Cité Soleil, Evens serait le plus riche des pauvres
» Sanble Erich Riche ta lavalas anba po!!!!
» les vrais amis
» Adieux aux amis du vieux Tom

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sleepwalkers :: In the city :: Brooklyn :: Autres lieux-
Sauter vers: